3 mois de prison pour l’étudiant qui a traité Abdelilah Benkirane de « chien » par SMS

3 mois de prison pour l’étudiant qui a traité Abdelilah Benkirane de « chien » par SMS

Said, l’un des trois étudiants impliqués dans une affaire de délit d’injure à l’encontre de l’ex-numéro 1 du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a été condamné à 3 mois de prison par le Tribunal de première instance de Rabat, dans la journée du 23 août.

Seul détenu dans cette affaire, après que les deux autres étudiants, Youssef et Mohamed, aient étaient libérés, les 22 et 23 août, Said a été condamné à verser 500 dirhams d’amende en plus de purger de 3 mois de prison.

Dans les détails, cette histoire remonte à Aid Al-Adha 1440, lorsque Youssef aurait demandé à avoir le numéro de Benkirane auprès de Mohamed. Celui-ci aurait fait appel à l’ex-chef du gouvernement, afin qu’il puisse l’aider financièrement à rejoindre sa famille pendant la période des fêtes. Benkirane a donc invité le jeune homme à se présenter à son domicile, où il lui aurait donné la somme de 200 dirhams.

Ayant eu écho de ce fait, Said aurait demandé à son camarade le numéro de téléphone de l’ex-numéro 1 du PJD, afin qu’il lui restitue des documents à travers lesquels il souhaitait avoir accès à une bourse d’études, en comptant sur l’aide de Benkirane.

En effet, Youssef nous avait déclaré, le 22 août, que Said connait Benkirane, puisqu’il avait assisté à une pièce théâtrale où l’étudiant jouait, à l’époque où il était encore à la tête du gouvernement. C’est alors que Said lui aurait remis un dossier indiquant qu’il est orphelin et ex-résident de l’Orphelinat Lalla Meryem. Said voulait ainsi profiter d’une bourse d’études, afin de l’aider à poursuivre son éducation, en comptant sur une réponse favorable du PJDiste.

Cela nous ramène donc à la période de l’Aid, durant laquelle Said aurait appelé Benkirane depuis le numéro de Mohamed, demandant à l’ex-chef de gouvernement de lui restituer ses documents. Benkirane aurait raccroché son téléphone sur Said, poussant celui-ci à le traiter de « chien » dans un SMS. Cela n’a évidemment pas été du goût de Benkirane, qui a porté plainte à l’encontre des trois individus.

Cela dit, la mère adoptive de Said nous a déclaré pour sa part « qu’elle n’en pouvait plus des frais de son fils », et de rajouter « comment se fait-il qu’il n’ait jamais eu de bourse pendant toutes ses années d’études ». Celle-ci nous a par ailleurs indiqué que « Said est un jeune marocain, fils du peuple et du roi, qui ne demande que son droit à avoir une bourse ».

Post a Comment