EN PERTE DE VITESSE, LE POLISARIO GARDERA LE MÊME CHEF, BRAHIM GHALI
EN PERTE DE VITESSE, LE POLISARIO GARDERA LE MÊME CHEF, BRAHIM GHALI
Le front séparatiste du Polisario n’est pas prêt d’oublier les revers diplomatiques essuyés au cours de cette année 2019 mais ses membres et sa direction gardent les yeux tournés vers son congrès devant se tenir à la fin de l’année et au cours duquel son actuel leader sera reconduit. Brahim Ghali a toutes les chances de l’être malgré son bilan négatif après avoir instauré de nouvelles conditions pour faire acte de candidature à sa succession en introduisant une nouvelle condition imposant aux prétendants d’avoir combattu dans ses rangs. Cette mesure exclue de facto tous ses principaux rivaux qui voulaient profiter de ses échecs pour le pousser vers la sortie et négocier avec le Maroc. Il faut dire que la conjoncture s’y prête avec les échecs répétés du Polisario en matière de pertes de reconnaissance en Amérique du Sud dont le dernier acte vient de se dérouler au Brésil où le parlement a répété sa position de soutien au plan d’autonomie proposé par Rabat comme seule solution au conflit du Sahara. Sans parler du lâchage temporaire par l’Algérie en raison de la crise interne qu’elle traverse depuis mars dernier et qui demeure un élément incertain dans ce dossier tout comme l’avenir des aides internationales remises en question après la découverte de leurs détournements par la hiérarchie des séparatistes. 2019 devrait être une année-charnière pour elle.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Post a Comment