Les Kurdes seraient en train de se retirer de la 'zone de sécurité' syrienne alors que les combats se dissipaient

Les Kurdes seraient en train de se retirer de la 'zone de sécurité' syrienne alors que les combats se dissipaient

Un jour après que le vice-président Mike Pence ait annoncé une pause dans la bataille entre les forces turques et kurdes, les tirs se sont estompés et des responsables turcs et américains ont annoncé que l'accord se maintenait.
ISTANBUL - Les forces kurdes ont commencé à se retirer d'une zone tampon de 20 km au nord de la Syrie alors que les combats se sont apaisés vendredi, ont annoncé des responsables américains et turcs, signalant qu'un cessez-le-feu avait été annoncé un jour avant par le vice-président Mike Pence entre les forces turques et kurdes Entrer en vigueur.
Tôt vendredi, les dirigeants kurdes du nord de la Syrie ont accusé l'armée turque et ses mandataires d'avoir violé les termes de la trêve, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a nié la poursuite des combats.
M. Erdogan a déclaré que son commandant militaire avait annoncé que tout se passait comme prévu. Les États-Unis étaient toujours tenus de veiller à ce que les milices kurdes se retirent dans le délai convenu de cinq jours.
Fumée s'élevant de la ville syrienne de Ras al-Ain vue depuis le côté turc de la frontière à Ceylanpinar vendredi.
Fumée s'élevant de la ville syrienne de Ras al-Ain vue du côté turc de la frontière à Ceylanpinar vendredi.CréditCréditOzan Kose / Agence France-Presse - Getty Images
Patrick KingsleyCarlotta Gall
Par Patrick Kingsley et Carlotta Gall
18 octobre 2019
Mise à jour 14h20 ET
257
ISTANBUL - Les forces kurdes ont commencé à se retirer d'une zone tampon de 20 km au nord de la Syrie alors que les combats se sont apaisés vendredi, ont annoncé des responsables américains et turcs, signalant qu'un cessez-le-feu avait été annoncé un jour avant par le vice-président Mike Pence entre les forces turques et kurdes Entrer en vigueur.
Tôt vendredi, les dirigeants kurdes du nord de la Syrie ont accusé l'armée turque et ses mandataires d'avoir violé les termes de la trêve, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a nié la poursuite des combats.
M. Erdogan a déclaré que son commandant militaire avait annoncé que tout se passait comme prévu. Les États-Unis étaient toujours tenus de veiller à ce que les milices kurdes se retirent dans le délai convenu de cinq jours.
'Si les États-Unis peuvent tenir leurs promesses, dans 120 heures, le problème de la zone de sécurité sera résolu', a-t-il déclaré à la presse occidentale lors d'un point de presse à Istanbul. 'Sinon, l'opération continuera là où nous en étions restés'.
Des coups de feu et de l'artillerie ont été entendus dans la ville frontalière syrienne de Ras al-Ain, théâtre des combats les plus violents de ces derniers jours, par des journalistes venus de l'autre côté de la frontière turque vendredi matin et après-midi. Mais la ville était restée silencieuse vendredi soir.
M. Erdogan a salué le retrait comme une victoire sur une 'organisation terroriste' et a déclaré que la Turquie établirait 12 points d'observation dans une zone tampon de 20 miles de profondeur sur un tronçon de 400 km de la frontière à l'est de l'Euphrate.
Les troupes américaines resteraient dans le sud-est de la Syrie et maintiendraient le contrôle de l'espace aérien de toute la zone nord-est, a déclaré Ibrahim Kalin, conseiller à la sécurité nationale de M. Erdogan.
M. Trump a écrit sur Twitter vendredi soir que M. Erdogan lui avait dit dans un appel téléphonique qu '«il y avait des tirs mineurs de tireurs d'élite et de mortier qui ont été rapidement éliminés».

Post a Comment