Main Menu

Pages

Bouaida met fin au sit-in à Guelmim et soumet sa plainte à la justice constitutionnelle

 

Bouaida met fin au sit-in à Guelmim et soumet sa plainte à la justice constitutionnelle
Bouaida met fin au sit-in à Guelmim et soumet sa plainte à la justice constitutionnelle

On s'attend à ce que Saddam, le candidat du Parti de l'indépendance, Abdel Rahim Bouaida, passe avec les intérêts du ministère de l'Intérieur à la justice constitutionnelle, en début de semaine prochaine, après les tensions qui ont entaché la 'Capitale du désert' hier, Jeudi.


Bouaida a déclaré, dans une déclaration au journal Hespress, qu'il avait organisé un sit-in et qu'il irait devant la justice, soulignant qu'il rejetait le chaos et qu'il était resté chez lui, considérant la sortie des citoyens comme une auto-expression de mécontentement.


Le chef de la région de Guelmim-Oued Noun avait auparavant rejeté ce qu'il considérait comme le recensement de 8000 papiers annulés qui étaient en sa faveur, alors que l'écart entre lui et le candidat du caucus ne dépassait pas 34 voix.


Bouaida a ajouté que le comité exécutif du parti Istiqlal se réunissait pour délibérer sur le siège de Guelmim-Oued Noun ; S'il a exclu toute médiation ou dialogue pour surmonter les différends personnels, comme il les appelait avec le gouverneur de la région de Guelmim, il a ajouté : 'Ce qui se passe est une accumulation du passé.'


La ville de Guelmim a connu des développements rapides au cours des dernières heures, après que le politicien Abdel Rahim Bouaida, le gouverneur de la région, a été accusé d'avoir tenté de le dépouiller de son siège parlementaire, et un groupe de citoyens s'est rassemblé pour se transformer en marche de protestation.


Selon des sources des participants à cette marche, le point de départ du rassemblement se situait entre le siège du Parti de l'indépendance à Guelmim et le bâtiment de l'État du côté opposé, avant le début du débarquement de sécurité après que les jeunes et le grand public ont commencé à rejoindre le lieu, après qu'Abdel Rahim Bouaida a diffusé une cassette en direct sur sa page du site de réseautage social « Facebook ».


Selon les mêmes sources, et des enregistrements téléphoniques documentés qui ont été vérifiés par Hespress, la sécurité a bouclé le rassemblement de citoyens, qui se présentait sous la forme d'un «anneau» à son début, de trois côtés, dont le quatrième est le parti. quartier général, Bouaida étant isolé pour lui parler, ce qui a été suivi par l'escorte des participants à cette forme de protestation.


Il est à noter que Bouaida, après avoir remercié ceux qui ont voté pour la liste du parti Istiqlal à laquelle il appartient, via sa page Facebook officielle, est revenu quelques heures plus tard sur l'avertissement, dans un autre direct de la province de Guelmim-Oued Noun, de «quelques des gens qui jouent avec le feu', après 'le retard'. '


Dans la même émission, Bouaida a critiqué 'un mouvement suspect dans la région de Guelmim-Oued Noun, et au sein de la wilaya', et a souligné 'la nécessité de respecter la volonté des fonds et de ne pas jouer avec le feu'. partie au détriment d'une autre, et ce n'est pas acceptable et nous le rejetons et nous aurons une autre action.


Après le push and pull qui a été retiré en 2019 Bouaida de la présidence de la région de Guelmim-Oued Noun, il a déclaré lors d'une de ses excursions directes lors de la marche d'aujourd'hui à Guelmim : « Si vous battez le cadran de la région, le cadran du Parlement, Magadish , vous ne passerez pas.'

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments