Main Menu

Pages

Le professeur du dossier 'Sex for Points' à l'université de Settat sort de son silence

Le professeur du dossier 'Sex for Points' à l'université de Settat sort de son silence

 Le professeur du dossier 'Sex for Points' à l'université de Settat sort de son silence

La diffusion de conversations sexuelles torrides, via la technologie de messagerie instantanée « WhatsApp », entre ce qui se disait professeur à la Faculté des sciences juridiques et politiques et le chef du département de droit public de l'Université Hassan I de Settat, et un nombre d'étudiantes dans la même faculté, faisant sensation sur les réseaux sociaux entre dénoncer et dénoncer. Les conversations, dont Hespress a obtenu des copies, comprennent des conversations indécentes, des clips pornographiques et des demandes de relations sexuelles en échange de certaines fins et d'une médiation pour obtenir des points dans divers documents. Des sources Hespress ont rapporté que les faits du dossier remontent au début de la dernière campagne électorale, lorsque M. Mohamed Khamrich, candidat au nom du Parti du Mouvement Populaire, a déposé plainte auprès de la police judiciaire d'Abou Al-Jaad, dans lequel il simplifie l'exposition de son téléphone portable au vol par des personnes inconnues ou inconnues. D'autre part, le professeur Muhammad Khmerich a expliqué, dans une déclaration téléphonique à Hespress aujourd'hui, mardi, que tout ce qui est promu sur les sites Web est 'sans fondement', notant que la question est liée à la campagne électorale et à sa candidature à la présidence de Abi Al-Jaad au nom du Parti du mouvement populaire. Muhammad Khmerich a ajouté que son téléphone portable avait été volé au début de la campagne électorale. ont été 'fabriquées, dans l'intention d'influencer les électeurs en particulier et la conduite du processus électoral en général'. Le chef de la Division de droit public de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l'Université Hassan I de Settat a ajouté que le dossier est désormais devant la justice, et il se réserve le droit de donner suite à toute personne qui n'est pas sûre de l'actualité, avant sa diffusion, ainsi qu'à prononcer un jugement définitif sans prendre l'avis de la personne concernée. Sur le plan administratif à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l'Université Hassan I de Settat, le professeur Mohamed Khamrich a expliqué que le doyen de la faculté l'avait convoqué, car les fichiers de tous les numéros de téléphone contenus dans les conversations fabriquées étaient fouillés ; Ce qui a fait que les points liés aux chiffres sont très normaux, et il y a ceux qui ont redoublé l'année et d'autres qui ont passé cinq ans à l'université, ce qui nie complètement et en détail la question, comme il l'a dit. Commentant l'affaire en général, Muhammad Khmerich a confirmé que l'affaire était 'fabriquée', en adoptant ce qu'il a appelé des 'méthodes déplaisantes pendant la campagne électorale', et après avoir pu gagner au nom du mouvement populaire, grâce au campagne propre en communiquant avec les habitants qui envisagent une marche de protestation contre ce qu'il a qualifié de 'méthodes malveillantes', considérant que la pauvreté est la plus grande fraude dans les élections, avec l'utilisation d'armes sales pour piéger les opposants, soulignant que la politique est la moralité tout d'abord. Khamreesh a ajouté que le ou les voleurs de son téléphone portable seront identifiés, selon les recherches en cours de la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent à Abu Al-Jaad, soulignant qu'il a suivi toutes les procédures judiciaires devant tout le monde. qui a tenté de « dénaturer le professeur Mohamed Khamresh » qui est connu pour ses bonnes mœurs dans la ville de Settat, selon son expression.

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments