Main Menu

Pages

Les experts marocains mettent en garde : le nombre de cas de corona en Afrique était supérieur à celui signalé, et des souches qui ne répondent pas aux vaccins peuvent apparaître

Les experts marocains mettent en garde : le nombre de cas de corona en Afrique était supérieur à celui signalé, et des souches qui ne répondent pas aux vaccins peuvent apparaître

 Les experts marocains mettent en garde : le nombre de cas de corona en Afrique était supérieur à celui signalé, et des souches qui ne répondent pas aux vaccins peuvent apparaître

À la lumière de l'effort marocain de promotion de la recherche scientifique, coïncidant avec la pandémie de Corona, des chercheurs marocains affiliés à la Coalition africaine de la vigilance génomique ont publié un article scientifique à leur intention dans la prestigieuse revue scientifique 'Science'.


Et à propos des résultats des recherches consacrées à l'analyse des génomes du virus Corona africain, le professeur Ezz El-Din El-Ibrahimi dit que les analyses ont montré que le nombre de cas d'infection dans les pays africains était susceptible d'être plusieurs fois supérieur à ce que a été signalée, et que d'autres vagues de l'épidémie ont été plus sévères, entraînant l'émergence de souches rapides d'infection, qui s'est propagée en Afrique.


Le chercheur souligne que « si l'épidémie n'est pas contrôlée en Afrique, nous pourrions assister à la production et à l'émergence de nouvelles souches telles que Mo, qui peuvent échapper à la réponse aux vaccins, ce qui peut conduire à une pandémie qui peut durer des années et laisser plus victimes et de manière significative parmi la population d'Afrique et du monde entier.


La recherche conclut que l'Afrique ne devrait pas être laissée pour compte dans la réponse mondiale à l'épidémie, sinon elle pourrait devenir un terreau fertile pour de nouveaux mutants.


A cette occasion, Azzedine Brahimi, membre du Comité Scientifique au Maroc, a indiqué qu'au cours de l'année et demi écoulée depuis le début de la crise du Covid, et malgré la quarantaine et le manque de capacités, le Laboratoire de Biotechnologie de la Faculté de Médecine et La pharmacie de Rabat a été impliquée dans de nombreux projets dans le domaine du Covid-19, et notre laboratoire a pu publier plus De 30 articles scientifiques de recherche locale et continentale dans des revues internationales à comité de lecture, la plupart d'entre eux sont en première classification.


Grâce au soutien apporté par un certain nombre de personnalités scientifiques, dont Said Amzazi, à titre scientifique, Brahimi affirme que la Non-African Genomic Vigilance Alliance a publié un article dans la célèbre revue Science, dans lequel les données de surveillance génomique de le virus en Afrique au cours de la première année de l'épidémie a été analysé avec des membres du Comité Scientifique Marocain et des équipes de plus de 33 pays africains.

Dans le même contexte, le Pr Brahimi a souligné que malgré le succès du Maroc dans la gestion de la crise sanitaire localement, sa sortie dépend du dépassement de la crise, tant continentale que mondiale, rappelant que le projet national du génome vise à déterminer les caractéristiques génomiques de l'homme marocain. être et tous les microbes transmis épidémiologiquement ou présents dans l’environnement marocain. Ainsi que de permettre la transition du système de santé, grâce au « Projet Marocain du Génome Humain de Référence » à l’approche de la médecine personnalisée pour une prise en charge médicale personnalisée et précise pour chaque marocain patient ou patient, soulignant qu'une vaste expérience et des ressources humaines ont été développées au niveau mondial et qu'il ne manque pas pour produire ce projet Pour n'exister que quelques ressources matérielles.

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments