Main Menu

Pages

Qui est Aziz Akhannouch, le nouveau Premier ministre ?

Qui est Aziz Akhannouch, le nouveau Premier ministre ?

 Qui est Aziz Akhannouch, le nouveau Premier ministre ?

Aziz Akhannouch, chef du parti du Rassemblement national des indépendants, nommé par SM le Roi Mohammed VI, ce vendredi, au poste de Premier ministre.


Akhannouch détient un diplôme en gestion de construction de l'Université de Sherbrooke, Canada. Il est le fondateur de nombreuses entreprises opérant dans différents secteurs économiques.


Akhannouch a occupé le poste de Président du Conseil de la Région Souss-Massa-Draa entre 2003 et 2007. Il a également été membre du Groupe de réflexion de Sa Majesté feu le Roi Hassan II jusqu'en 1999. Il est également membre du Conseil administratif conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, ainsi que membre directeur de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus.


Akhannouch, qui occupait le poste de ministre de l'Agriculture et de la Pêche depuis 2007, a été élu à la majorité président du Rassemblement national des indépendants le 29 octobre 2016.


De 2007 à aujourd'hui, le futur Premier ministre a occupé le poste de ministre de l'Agriculture, nommé par le monarque marocain.


Akhannouch est un homme d'affaires et milliardaire, considéré par le magazine Forbes comme la personne la plus riche du Maroc, selon l'AFP.


Forbes l'a classé parmi les riches Arabes pour l'année 2021, en particulier au 13e rang au Moyen-Orient et 1664 dans le monde.


Selon Forbes, Akhannouch, 60 ans, a une fortune de 1,9 milliard de dollars en 2021.


Après avoir passé dix ans en tant que Premier ministre, le Parti de la justice islamique et du développement au Maroc a enregistré une lourde perte aux élections législatives, car il a connu une baisse retentissante, représentée par une baisse de sa part de 125 sièges au parlement sortant à seulement 12 sièges. au prochain parlement.


La valeur du groupe est estimée à des milliards de dollars et il a plusieurs investissements, notamment dans les secteurs du gaz, du pétrole et de la chimie.


Akhannouch est né dans la ville de Tafraout (sud du Maroc) en 1961. Il est marié et père de trois enfants, selon le site Internet du ministère de l'Agriculture et de la Pêche.


Il est membre du conseil municipal de Tafraout, et il est à la tête de la région Souss-Massa-Draa depuis 2003.


Il obtient un diplôme en gestion administrative à l'Université canadienne de Shebrook en 1986, puis revient au Maroc pour diriger après son père le groupe 'Aqua'.


En plus de ses fonctions ministérielles, Akhannouch est membre de groupements professionnels et sociaux au sein du bureau de la Confédération générale des entreprises marocaines, du conseil d'administration de la Banque marocaine du commerce extérieur, de la Fondation Academia, et du conseil d'administration de la Banque Al-Maghrib. Il était également à la tête de l'association pétrolière marocaine.


Akhannouch a participé au comité créé par feu le roi Hassan II en 1999 pour moderniser et réformer l'économie marocaine, et il était connu à l'époque sous le nom de 'Groupe 14'.


Au niveau associatif, il dirige l'association « Cérémonie de la tolérance », qui organise chaque année une fête qui diffuse les valeurs de tolérance dans la ville d'Agadir.Il est également membre de la Fondation Mohammed V pour la protection de l'environnement et de la Fondation Mohammed V pour la protection de l'environnement. VI Fondation pour la réinsertion des détenus.


Akhannouch s'est dit prêt à 'travailler avec confiance et responsabilité avec toutes les parties qui se croisent avec nous dans les principes et les programmes', une carte des alliances gouvernementales possibles après la 'catastrophe' de la justice et du développement au Maroc.


Lors des élections, dont le plus marquant a été le revers majeur subi par le Parti de la justice islamique et du développement, le Rassemblement national libéral est arrivé en tête des résultats, et le parti qui entamera les consultations pour former une majorité pour le prochain gouvernement marocain est devenu majoritaire. que les observateurs disent sera à l'aise en l'absence des islamistes.


Le taux de participation a été de 50,35 %, selon le ministre marocain de l'Intérieur, sachant que pour la première fois dans l'histoire du Royaume le même jour, le scrutin comprenait des élections législatives (395 sièges) et des élections locales et régionales (plus de 31 mille), ce qui a contribué à augmenter le taux de participation.

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments