Main Menu

Pages

taroudantpress : Des collectifs s'interrogent sur la réalité et les perspectives des « langues des signes » dans la société marocaine

taroudantpress : Des collectifs s'interrogent sur la réalité et les perspectives des « langues des signes » dans la société marocaine

 taroudantpress : Des collectifs s'interrogent sur la réalité et les perspectives des « langues des signes » dans la société marocaine

Plus de trois ans après la décision prise par l'Assemblée générale des Nations Unies le 19 décembre 2017 de fixer au 23 septembre de chaque année la date de célébration de la Journée internationale (ou Journée internationale) des langues des signes, un débat s'est engagé entre les droits de l'homme professionnels et autres concernés par la problématique des personnes handicapées, s'interrogeant sur l'ampleur de la diffusion de la langue des signes parmi les sourds en particulier, et parmi le reste de la société marocaine en général.


Et avant «l'Assemblée générale des Nations Unies appelle tous les États membres, les organisations compétentes du système des Nations Unies, les autres organisations internationales et la société civile, y compris les organisations non gouvernementales et le secteur privé, à observer la Journée internationale des langues des signes en de manière appropriée afin de sensibiliser le public à ces langues', selon sa résolution n°161/72, les observateurs de ce dossier ont indiqué que les langues des signes restent encore limitées dans l'attente des mesures appropriées et des mesures à prendre en afin de délivrer ce type de langage au plus grand nombre d'acteurs.


Le langage unifié manque de sérieux

Farid Lustek, président de la Future Association for Persons with Special Needs, a déclaré que « par expérience, je vois que la Journée internationale des langues des signes passe de manière invisible, et n'est pas traitée correctement, et cela apparaît en l'absence d'activités intensives. d'introduire la langue des signes et d'introduire la surdité, considérée comme dangereuse car elle est cachée et complexe, et il est difficile de la détecter », a-t-il ajouté, ajoutant que « les associations concernées par la surdité ou les troubles sensoriels vivent une fragmentation entre elles, donc la personne qui souffre de problèmes moteurs ou sensoriels devient la première et la dernière victime.


Après avoir souligné que 'la bonne chose est de parler de handicap sensoriel ou de surdité au lieu d'appeler ce groupe de sourd-muet', Farid Lustek a expliqué, dans une déclaration à Hespress, que 'certaines associations choisissent d'abandonner dans une école ou un endroit particulier qui perpétue l'isolement, et donc ce groupe ne peut pas s'intégrer harmonieusement dans l'école publique ou la société en général », expliquant que « la langue des signes est le moyen le plus important d'intégration, et si la communication ne se fait pas dans cette langue, cette catégorie devient incapable de s'intégrer, et alors il est difficile pour les associations d'atteindre leur but, qui est au fond l'inclusion de ce groupe d'une manière réelle dans la Société'.


Le même porte-parole a souligné, dans une déclaration à Hespress, que 'c'est le droit des personnes atteintes de surdité de bénéficier de programmes éducatifs spéciaux et d'une communication efficace et continue, ce qui oblige les ministères concernés et les acteurs de la société civile à fournir des escortes, des formateurs, des enseignants et des jeunes cadres pour enseigner la langue des signes, tout en intégrant cette langue dans les programmes d'études », soulignant que « l'apprentissage de la langue des signes n'est pas difficile ou impossible, car c'est une langue universelle et unifiée, et seul le sérieux manque dans son traitement, et il ne suffit pas de s'en souvenir d'une manière appropriée.


Un événement annuel qui passe inaperçu

Pour sa part, Hicham Ouadas, membre du bureau exécutif de la Ligue marocaine pour la citoyenneté et les droits de l'homme, a déclaré que malgré l'attention portée par les conventions internationales, les constitutions nationales et les lois réglementaires aux questions humanitaires et des droits de l'homme, la Journée internationale des langues des signes , comme de nombreuses occasions humanitaires importantes, ne reçoit pas l'attention requise. à l'exception des associations de la société civile concernées, on peut affirmer que le reste des composantes de la scène marocaine ne se soucie pas de cette occasion.


Le porte-parole a expliqué que « les conventions internationales telles que la Déclaration universelle des droits de l'homme, les deux pactes internationaux relatifs aux droits politiques, civils, économiques et sociaux, et la Convention relative aux droits des personnes handicapées, stipulent l'importance d'intégrer les problèmes des personnes handicapées comme partie intégrante des stratégies de développement durable afin de préserver les droits de ce groupe destiné à vivre en situation de handicap, et afin que les pays bénéficient de la production intellectuelle, morale, matérielle et financière d'une large catégorie de citoyens qui sont en situation de handicap, et réalisent ainsi l'intégration sociale requise.


Odads a souligné, dans une déclaration à Hespress, qu'en ce qui concerne la langue des signes, elle contribue grandement au processus d'intégration des sourds dans la société, en fournissant une bonne éducation qui leur permet de s'intégrer sur le marché du travail selon leurs capacités et leurs talents. qui sont atteints grâce au processus éducatif, et ce dernier doit Une langue d'enseignement qui fait le lien entre l'enseignant et l'enseignant, notant dans le même contexte que « la diffusion de la langue des signes dans divers établissements et administrations, et même parmi les privé, permettra à ce groupe de jouir de leurs droits politiques et civils, en plus de leurs droits économiques et sociaux.


Suggestions pour la diffusion de la langue des signes

Dans le communiqué d'Odads, il a été précisé que le nombre de maîtres en langue des signes est très limité, malgré tous les efforts consentis dans ce domaine, ajoutant qu'« à l'exception des spécialistes et des personnes en situation de handicap de la catégorie qui ont appris ces langues. ​​dans les écoles sous tutelle d'associations de la société civile, la possibilité de pouvoir voire la connaissance superficielle de cette langue est très faible ou négligée dans le langage de la physique, et donc on ne peut pas parler de diffusion de la langue des signes comme requis ; La diffusion de cette langue étant encore dans une phase difficile de travail, elle ne sera pas diffusée à court ou moyen terme.


Pour que la langue des signes touche le plus grand nombre de ses parties prenantes, Odades, membre du Parlement national de la Ligue marocaine de la citoyenneté et des droits de l'homme, a suggéré de « l'intégrer dans les programmes et les programmes scolaires, en allouant une enveloppe de temps fixe à éduquer les jeunes et leur faire développer les compétences de communication en langue des signes, et le développement de l'aspect communicatif basé sur les ingrédients Sense-kinesthésiques pour les apprenants », et « l'intégration d'un matériel spécial en langue des signes dans les programmes de formation des des centres de formation du corps professoral sur ses différents fils.


Hisham Odades a conclu ses propositions de valorisation de la culture et de la langue des signes en mettant l'accent sur «l'intensification des programmes télévisés pour l'enseignement de ce type de langue à travers les chaînes publiques et privées» et «laissant une place à la recherche scientifique pour développer, simplifier et simplifier la langue des signes, afin qu'il puisse être diffusé plus largement.

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments