Main Menu

Pages

Un rapport fait état de la faible présence des femmes dans les médias pendant la période électorale

Un rapport fait état de la faible présence des femmes dans les médias pendant la période électorale
Un rapport fait état de la faible présence des femmes dans les médias pendant la période électorale

Un rapport civil publié par l'Association démocratique des femmes marocaines a mis en garde contre la « faiblesse » de l'accès des femmes marocaines aux chaînes de télévision pendant la campagne électorale ; Cela a été mis en évidence par le temps qui leur a été alloué pour s'exprimer dans des programmes ou des communiqués de presse, en raison de «l'absence» de soins et du manque d'intérêt à mettre en évidence les femmes leaders.

Le rapport, intitulé « Suivi médiatique de la campagne électorale basé sur l'égalité », a enregistré une évolution remarquable du pourcentage du type de journaliste présentant le programme sur les chaînes de télévision surveillées, atteignant 42,1 % en 2021 par rapport à 2016, qui n'a pas dépassé 33% pour Channel One. .

Le rapport, dont les principales conclusions ont été présentées par l'Association démocratique des femmes marocaines lors d'une conférence de presse à Casablanca, mercredi, a critiqué le fait que seulement 1,6% des droits humains des femmes ont été mis en évidence dans une émission spéciale (un épisode complet), soulignant que les femmes sont restées un objectif complémentaire avec un pourcentage de plus de 98 pour cent.

La même source a souligné que les stations de radio n'ont pas vu d'évolution notable du pourcentage du type de journaliste présentant le programme, car il n'a pas dépassé 34,5% en 2021, contre 31% en 2016, citant que les stations de radio seulement traité des droits des femmes dans un programme spécial de 2,6 pour cent.

En ce qui concerne la presse écrite et électronique, le document précise que son titre marquant est la faible présence des femmes, que ce soit en tant que personne ou en tant qu'enjeu dans la couverture et l'accompagnement porté par la campagne électorale, à travers des dossiers, des interrogatoires et des coupures de presse. fournis par la presse papier à ses lecteurs tout en s'inscrivant dans l'actualité démocratique au Maroc.

Le rapport constate que les femmes ont émergé en tant que leaders électoraux et en tant que droit dans les sujets des documents écrits, avec un pourcentage de 34,1 pour cent ; Mais leur place dans les pages restait secondaire au milieu et à la fin des journaux. En outre, le contenu du contenu écrit est resté négatif à 23,5%, soulignant également la faible présence des femmes dans les publications de certains blogueurs célèbres sur les réseaux sociaux.

Le processus de contrôle et de suivi de la présence de l'égalité entre les femmes et les hommes sur les sites Web et les pages Facebook des partis, ajoute l'Association des femmes, lui a permis d'enregistrer une sorte de disparité entre les pages numériques qui ont enregistré une présence acceptable, estimée à un tiers de la «» postes » liés au genre sur le nombre total de « postes ». .

Commentant cela, Khadija Rabah, militante des droits humains fondatrice de l'Association démocratique des femmes marocaines, a déclaré que « les militants des droits humains ne parlent plus de démocratie représentative ; Au contraire, il se concentre principalement sur la démocratie inclusive, dans laquelle toutes les dimensions sociales, politiques, économiques et environnementales sont incluses. »

Al-Rabbah a ajouté, dans son discours d'introduction au colloque de presse, que 'le rapport a enregistré sept points négatifs et trois points positifs', révélant que 'les chaînes publiques se sont déjà développées en termes de type journalistique, car nous voyons une présence distinguée de femmes journalistes dans la couverture des campagnes électorales ; Mais nos médias publics n'ont pas encore réussi à donner des perceptions claires sur la mise en œuvre des droits humains des femmes. »

Et la porte-parole a poursuivi : « Les chiffres enregistrés sont en fait effrayants, car ils reflètent que les femmes n'étaient qu'une partie intégrante des plates-formes électorales ; Alors que ses droits économiques, sociaux et politiques, qui n'ont été évoqués qu'en passant, ont été négligés, pour conclure que « le projet de société n'invoque pas les droits des femmes au Maroc ».

Par conséquent, le rapport a suggéré d'élaborer une stratégie médiatique sensible au genre avant, pendant et après la campagne électorale, afin de mettre en évidence les femmes leaders et de diffuser les droits humains des femmes, en plus de permettre aux femmes de suivre une formation approfondie en communication politique et électorale dans afin de les qualifier d'interventionnistes dans les programmes politiques et de dialogue.

En ce qui concerne les médias et la communication, l'association a recommandé l'adoption du principe de parité dans l'emploi des cadres presse et techniques au sein des entreprises de presse, et a exhorté tous les médias, la communication audiovisuelle et la presse papier, à adhérer à l'appel des femmes en période de campagne électorale. .

Le document appelait également, sur le plan normatif et institutionnel, à amender la loi relative au règlement électoral général, aux processus référendaires et à l'utilisation de la communication audiovisuelle publique pendant les campagnes électorales, avec une disposition appelant à l'attribution d'une proportion égale entre les femmes et les hommes de bénéficier du quota alloué à chaque parti dans les médias publics .

 

  • Facebook
  • pinterest
  • twitter
  • whatsapp
  • LinkedIn
Show Comments